Madagascar: Nosy Be à découvrir!

Lors de notre premier voyage à Nosy Komba, nous n'avions pas pris le temps de découvrir Nosy Be! Cette fois, nous y passons une journée. C'est la plus touristique des îles du nord ouest de Madagascar et le contraste est d'autant plus saisissant que nous revenons d'une croisière d'îles en baies loin de la civilisation car très peu ou pas du tout habitées. 
Départ de Nosy Komba pour arriver à Hell Ville, le port au Sud de Nosy Be. 
La traversée est animée par le spectacle des boutres et pirogues sur le canal du Mozambique.
En route pour Marodoka, le premier village de Madagascar. 
Village des Indiens swahili du XVème siècle, Marodoka est surprenant. Un guide très agréable nous y attend. Le chauffeur du taxi est plutôt sans intérêt, plus concentré à nous emmener dans des lieux de shopping pour toucher sa commission sur nos éventuels achats. 
Nous découvrons les ruines d'une maison qui survit grâce au ficus étrangleur qui l'envahit et maintient sa structure. Il faut savoir que les maisons étaient construites avec pour ciment, du miel, du sable et des oeufs mélangés. 
La visite guidée continue par la découverte d'autres vestiges de ce village indien. Le banyan sacré est majestueux.
C'était un port renommé que fréquentaient les boutres venus de Zanzibar et de Bombay. Les maisons des riches commerçants s'ornaient de motifs floraux sculptés qui rappellent l'architecture des palais de Zanzibar et de l'Inde. 
Dès le VIII ème siècle, les Arabes ont dominé l'Océan Indien, les Portugais n'ont débarqué qu'au XVème siècle. La rencontre entre ces commerçants arabes et les africains a donné naissance au monde swahili qui partage la même langue et la même religion, l'islam. Le guide nous fait découvrir la mosquée, les imams sont là. 
Madagascar est riche de croyances, coutumes et religions, dues aux vagues successives d'immigrants. L'animisme est la plus ancienne et se retrouve encore aujourd'hui dans des rites consacrés à la nature. Le culte des ancêtres est commun à l'ensemble de l'île.
L'association des femmes du village propose un spectacle de danses traditionnelles, accompagné de la dégustation d'une boisson bienfaisante, un thé aux vertus médicinales, à base de cannelle, girofle et citronnelle et un gâteau au miel. La danse du crocodile, les danses qui représentent le quotidien des femmes qui pilent les grains en choeur et en rythme, des visages, des regards, des sourires! 
Nous partons pour la distillerie d'ylang-ylang, entourée d'une végétation luxuriante. 
Une fleur enivrante à laquelle Nosy Be doit son nom d'île au parfum. Impressionnant tapis de fleur dans l'usine. Les femmes préparent aussi les baies roses. 200 personnes sont employées, les fleurs sont ramassées le matin, avant le lever du soleil. Il faut 500 kilos de fleurs pour obtenir 12 litres d'huile dont seulement 20% sont considérés comme haute qualité. On ajoute 33 litres d'eau à ces 500 kilos de fleurs, que l'on fait bouillir 12 heures à 100° grâce à des chaudières à bois. On sépare l'eau et l'huile. 
Les baies roses sont aussi préparées ici!
C'est ensuite au Parc des Lémuriens que nous prolongeons nos découvertes. Les animaux sont beaux, en semi liberté dans de grands espaces. 
On s'observe, puis le contact a lieu et la magie opère!

Nous avons eu droit à un bel échange avec un lémurien Sifaka de Coquerel comme ceux que nous avions admiré en liberté dans la baie de Morambe. Nous sommes ravis.
Nous décidons de traverser l'île pour rejoindre une plage au Nord. Un peu trop touristique pour nous. Nous aurions aimé découvrir un peu d'authenticité mais le chauffeur n'était pas enclin à ce genre de tourisme qui s'approche trop des locaux. 
Nous ne souhaitons pas nous attarder, juste le temps d'un déjeuner rapide. Un pêcheur passe par là, fier de nous présente son "catch of the day" un poisson crocodile!
Nous sommes retournés à Hell ville et avons préféré rentrer à Nosy Komba. Dommage, nous n'avons pas trouvé de chocolat malgache, ni de tissus locaux. Par contre les magasins pour touristes nous ont tous été proposés ainsi que le soit disant marché des artistes! Un peu déçus par ce chauffeur de taxi qui ne nous a pas fait découvrir Hell Ville qui pourtant est assez typique. 
La journée nous a malgré tout permis de découvrir un peu de l'histoire de cette région et d'approcher ces lémuriens, rencontrés à l'état sauvage dans la Baie de Morambe et qui nous on fasciné pendant la croisière. 

1 commentaire:

  1. Que cela donne envie.....dommage pour le chauffeur Bisous

    RépondreSupprimer

Merci d'y mettre votre grain de sel!