Expatriation et Retour au Pays! De Metz à Maurice à ...

Réfléchissons à ce qui possède une vraie valeur, 
à ce qui donne un sens à notre vie, 
et décidons de nos priorités en conséquence.
Dalaï Lama
Une petite phrase mais qui change la vie de celui qui ose réfléchir, et surtout écouter son coeur. J'ai eu la chance de pouvoir changer de vie pour redonner un sens à mon quotidien. Et aujourd'hui je vais le refaire car le vie est en mouvement et lorsque l'on parle d'expatriation les sentiments et expériences sont multipliées.  Il n'y a pas de généralité à en tirer, car en matière de "vie ailleurs" et de retour au pays, chacun a son vécu, son ressenti, sa liberté de choix ou non, des contraintes à considérer et un idéal à réaliser. 

De Metz à Maurice, j'ai osé y penser et le réaliser et c'était une merveilleuse expérience de vie pour mes enfants et moi. Aujourd'hui, ils ont grandi, ils ont pris leur envol vers leur vie d'adulte et vers la France. Et là... tu prends une sacrée claque! Quand ton enfant va étudier dans la ville voisine, son départ émeut mais à 10 000km... ça déclenche bien des émotions et des réflexions et par conséquent des choix. 
Tout à coup les études sont finies, les résultats du bac sont proclamés... je vous raconte ça par ici! Et là, on y est, ton enfant va partir et c'est normal, études supérieures, la vie française enfin pour lui avec le bonheur de s'épanouir. 
Mais toi, qui un jour es partie ailleurs avec eux, toi qui leur as consacré beaucoup de temps, qui as fait d'eux une priorité, eh bien là... tu te sens à poil. Face à face avec ta vie, les années qui arrivent doivent être aussi belles que les années en France, et à l'île Maurice. Toi seule, maître de ton destin, de tes choix, une liberté nouvelle à exploiter. Alors voilà le défi: se réinventer pour apprécier ce nouveau chapitre.  

Réfléchir c'est oser avoir le courage de faire le constat de la situation présente. Une page s'est tournée, celle d'un quotidien où les enfants rentrent de l'école, où l'on se retrouve, comme un rituel auquel on ne prête plus attention. Le temps passe vite, voilà ce que l'on se dit lorsqu'ils sont là prêts à partir, les yeux pétillants de projets. Comme je suis fière, une maman comblée car mes enfants sont libres. 

Mais sans eux, la maison résonne d'un écho inhabituel, les motivations au fourneau ne sont plus les mêmes, quelque chose a perdu du sens! Je suis venue à l'île Maurice avec eux et leur départ m'a fait prendre conscience que sans eux, l'île n'a plus la même saveur, la même magie, ma présence ici n'a plus de sens
Moi aussi, je dois prendre mon envol.  Il est temps de songer à une nouvelle étape. La France résonne comme une évidence. 
Être sur le même territoire que les enfants pour être disponible, pour continuer à écrire notre histoire de famille et maintenir ces liens que la distance émousse, voilà un point essentiel pour moi. 
A l'aube de mes 50 ans, j'ai envie de m'installer, avoir mon home sweet home et créer cet environnement où la famille pourra se retrouver.  
Plus de 10 ans de climat tropical m'incitent à choisir les régions côtières du sud-ouest ou du sud pour un peu de soleil et d'océan. Ma Lorraine natale n'est pas un premier choix car même si pour le moment les enfants y font leurs études, ils ont appris la liberté d'aller là où l'on se sent bien, alors être sur le même territoire nous suffit. Chercher un travail pour mon époux, partager ce projet commun comme une belle aventure de la vie, de nouvelles opportunités professionnelles pour lui, les plaisirs de l'art de vivre à la française pour moi! 

La vie a quelques fois besoin que l'on sorte de son confort illusoire pour aller chercher au fond de nous le vrai sens de la rendre belle. 


"Un peu fou?"  Oui, à l'étranger tu as une jolie maison, du personnel pour ton ménage, l'entretien de ton jardin, un chauffeur qui va endurer les méandres administratifs à ta place, un décor de vie plutôt pas mal... Une illusion éphémère. 

Mais voilà, ça ne suffit pas. Je ne ressens plus la magie de cette vie, j'ai besoin d'autre chose.
J'ai aimé, j'ai adoré, j'en ai profité pendant plus de 10 ans mais aujourd'hui je ne veux plus me sentir l'étrangère, la française comme on dit si facilement, car oui, ici, tu ne fais partie d'aucune famille, ou plutôt si ta famille c'est la France! J'ai aimé faire le tour de cette petite île, de cette partie du monde! Je rêve d'un climat moins humide, de boulangerie au coin de la rue et de baguette croustillante, de marché sur la place du village, du sentiment de sécurité d'être dans mon pays pour aborder ce nouveau chapitre de vie, d'une maison à nous. Je rêve de tous les possibles en France, de gastronomie du terroir, de voyages en Europe, de ces 5 semaines de congés! 
Un peu d'inconscience diront certains, peut être mais c'est notre choix!
Il est temps de chercher un emploi et partir! Mes expériences et conseils ici!
Lors des entretiens skype, suite à l'envoi de CV pour trouver un travail en France, il y a beaucoup d'incompréhensions! Mais comment pouvez vous avoir envie de quitter l'île Maurice pour la France, la météo, le climat social, le rythme de vie, le mode de vie! 
A celui qui n'est jamais parti, inutile d'expliquer que ce retour est une évidence! 
Il y a des destinations qui de loin sont uniquement paradisiaques car touristiques, mais savez vous que la réalité d'un quotidien vécu de longues années dans ces pays vous révèle tant d'autres choses. Alors oui notre projet est prêt! 
Nous quittons l'île Maurice avec bonheur! Un peu de piment, une nouvelle excitation à découvrir de nouvelles régions car moi je ne tiens pas à retrouver la région où j'ai vécu avant mon départ. 
J'ai eu la chance de choisir librement mon départ et je choisis de la même façon ce retour comme une nouvelle aventure de vie.
Rester libre toujours, de partir mais aussi de revenir parce que la vie mérite d'être vécue sans limites.
Merci à ceux qui nous accompagnent dans ce départ et cette renaissance.

12 commentaires:

  1. Ton article est si vrai .. J'ai eu plaisir de le lire et relire MERCI
    Bon retour aux source ... Rester libre toujours, de partir mais aussi de revenir parce que la vie mérite d'être vécue sans limites.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour, je vous remercie pour votre article. Moi j'ai les mêmes sentiments mais au contraire...je voudrais quitter l'Italie pour aller vivre à l'île Maurice.
    Peut-être que quand on arrive à l'âge de 50 ou plus comme moi, on a envie de changer quelque chose dans nos vie, profiter de tout, suivre nos rêves...
    Bon courage pour votre départ et vos projets
    Patrizia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Patrizia pour votre témoignage et vos encouragements. Oui profiter de tout dans les meilleures conditions et pour moi, elles sont en France. Bonne chance à vous aussi.

      Supprimer
  3. bon retour en France,je vous souhaite plein de bonne chose et je n oublierais jamais ton soutien encore merci a toi a vous
    marie ange

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci infiniment Marie Ange. J'espère que nos chemins se croiseront à nouveau.

      Supprimer
  4. Une nouvelle aventure commence! Bon retour à vous et merci pour tous ces jolis articles qui nous font découvrir l'île Maurice

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Marie! Je suis prête à explorer d'autres terres et ce blog accueillera certainement la France et d'autres destinations car l'aventure ne fait que commencer ;-)

      Supprimer
  5. Bonjour Emmanuelle,
    Quelle plaisir de t'avoir suivi virtuellement pendant ces 3 dernières années et demi (sur les 2 blogs).
    J'ai également vécu à Maurice pendant 2 années et demi et suis de retour depuis 1 an en Belgique, ma terre natale, bien que la moitié de ma famille française soit à Nancy... Pas très loin de ta terre natale :-)
    C'était toujours un grand plaisir d'avoir conseils, astuces et recettes locales. Ta plume était parfaite et me faisiait toujours voyager.
    Etant en couple, sans enfant, nous avons vu les limites d'une vie sur une petite île mais avons appris à l'apprivoiser, un tout petit peu (passer les frustrations liées aux habitudes locales). Je ne peux pas dire que j'étais triste de rentrer à la maison mais ai probablement laissé un bout de mon coeur avec celui des amis rencontrés là-bas.
    J'espère que ta nouvelle vie se passera comme tu l'espère, avec ces nouvelles joies (et difficultés à se remettre à un rythme qui a pourtant été le mien/tien pendant des années avant l'expatriation).
    Bonne chance et encore merci pour ces bons moments de lecture passée en ta compagnie.
    Harry de Bruxelles
    Ps: ne ferme pas tout de suite tes blogs... L'envie d'écriture (et de gourmandise) seront peut-être toujours là!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Harry
      Merci pour ce message. Très heureuse que les blogs aient pu apporter quelque chose :-)
      Je suis remplie d'espoir pour cette nouvelle vie que nous nous offrons. J'ai tellement d'envies et de bonheur.
      Depuis la France je pourrais assouvir mes envies de voyage et de recettes avec les beaux produits de France que je vais redécouvrir, mes papilles en frétillent d'avance ;-)
      Donc les blogs ne vont pas fermer, même si le rythme des parutions sera moins réguliers! J'ai aussi à y partager le voyage à Mada de cet été!
      Merci et au plaisir de peut être se rencontrer ici ou là.

      Supprimer
  6. J'envisage moi aussi de rentrer au pays avant la fin de l'année... 53 ans.. deux grands enfants dont un encore à charme. . Un mariage mal fini derrière moi je pense revenir en Lorraine moi aussi après bien 25 ans d'absence.... Il est vrai que j'ai un peu peur de ne pas trouver de travail à mon âge.. mais la peur de vieillir ici est trop forte... l'Italie qui fait rêver beaucoup de gens n'est en fait qu'une autre facette du tiers monde..ou presque... ici l'esclavage est Roi. .. des heures de travail impossibles.. de 10 à 12 par jour pour un salaire de misère.. déclarés part time. .si tu es déclaré. .. et traités comme des bêtes. .. et à les écouter tu devrais aussi les remercier de t'avoir donné du travail. ... point de vue sanitaire c'est zero. ..administratif n'en parlons pas... on en arrive à se demander comment on a pu tomber aussi bas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce message. Il arrive un âge qui nous donne d'autres désirs et celui de vieillir en sécurité en fait partie. Je pense qu'il faut garder le positif de nos expériences ailleurs, accepter les chutes et surtout être convaincu qu'après être tombé si bas, on va remonter si haut ;-) Bienvenue et bon courage pour ce retour.

      Supprimer

Merci d'y mettre votre grain de sel!